Google

Formation Vendeur Conseil Produits Biologiques



e métier de vendeur en produits biologiques vous tente, vous désirez devenir vendeur en produits bio, vous cherchez un emploi de vendeur en produits biologiques.
Il vous est possible de suivre une formation rémunérée vous permettant devenir Vendeur Conseil en Produits Biologiques afin d'être un professionnel du Bio.
Pour en savoir plus
Cliquez ICI

D'autres formations à découvrir :

Le CAP Vente en 1 ou 2 ans en apprentissage
Cliquez ICI
Le CAP Commerce en 1 ou 2 ans en apprentissage
Cliquez ICI
Le Bac Professionnel Commerce en 2 ou 3 ans en apprentissage
Cliquez ICI
Le BTS MUC (Management des Unités Commerciales) en 2 ans en apprentissage
Cliquez ICI
La Licence Professionnelle Responsable de Point de Vente en 1 an
Cliquez ICI

Le CQP Employé de Vente du Commerce Alimentaire de Détail
Cliquez ICI
Le CQP Vendeur Conseil Caviste
Cliquez ICI
Le CQP Vendeur Conseil en Crémerie Fromagerie
Cliquez ICI
Le CQP Vendeur Conseil Primeur (Fruits et Légumes)
Cliquez ICI
Le CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques
Cliquez ICI
Le CQP Vendeur Conseil en Epicerie
Cliquez ICI
Le CQP Manager d'Unité Commerciale (commerce Alimentaire de détail)
Cliquez ICI
Une formation courte pour créateur ou repreneur d'une épicerie fine ou traditionnelle
Cliquez ICI
Une formation courte en Crémerie fromagerie
Cliquez ICI
Une formation courte en Oenologie
Cliquez ICI
Une formation courte en Produits Bio
Cliquez ICI
Une formation au SST
Cliquez ICI

Qui en parle ?
http://www.wikio.fr/environnement/themes/bio/produits_bio
http://www.lesproduitsbio.com/fr/
http://www.france-pittoresque.com/terroir/bio.htmhttp://produitsbiologiques.com/http://www.dgccrf.bercy.gouv.fr/documentation/publications/depliants/bio_francais.pdf
http://www.eco-bio.info/forum/upload/index.php?showtopic=1548
http://www.lentreprise.com/1/1/2/article/6361.html
http://www.biolineaires.com/articles/actions-commerciales/formation/69-le-cqp-vendeur-conseil-en-produits-bio.html
http://www.kelformation.com/formation/formation-cqp+vendeur+conseil+produits+biologiques-30819.htm
http://www.medecines-douces.com/annuaires/an_bio.htm
http://www.egf.ccip.fr/professionnels.asp?abrv=formation-adulte-produits-biologiques&th_code=hygiene-nutrition
http://www.agrojob.com/dictionnaire/definition-PRODUIT-BIO-2360.htm
http://www.fnde.com/00_koama/visu_fnde/index.asp?sid=313&cid=15995&lid=1
http://www.agrobioperigord.fr/produire-bio/formation
http://www.lesproduitsbio.com/fr/post/2008/10/17/173-la-chambre-dagriculture-organise-une-formation-sur-le-bio

Qui est le Vendeur Conseil en Produits Biologiques?
Le Vendeur Conseil en Produits Biologiques doit être capable, à l'issue de sa formation, d'assurer les arrivages, la mise en rayon, la préparation, la commercialisation et le conseil des produits issus de l'agriculture biologique dans les conditions prédéfinies de coût, d'hygiène, de qualité et de sécurité.

Qui peut suivre la formation au CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques ?
La formation de préparation au CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques est organisée sous le statut du contrat de professionnalisation. Il est accessible aux jeunes de moins de 26 ans, et, aux plus de 26 ans sans emploi.

Qu'est-ce qu'un contrat de professionnalisation?
Ce contrat, à durée déterminée ou indéterminée, alterne formation professionnelle et travail en entreprise. Il a pour but de permettre à son signataire d'acquérir une qualification et de favoriser son insertion ou sa réinsertion professionnelle.
Il se présente sous la forme d'un contrat écrit (formulaire de 5 feuillets).
Il est signé par l'employeur, le stagiaire, les parents du stagiaire si celui-ci est mineur, puis visé par le centre de formation et enregistré par la DDTE (Direction Départementale du Travail et de l'Emploi).

Quel est le statut d'un stagiaire Vendeur Conseil en Produits Biologiques ?
Le stagiaire Vendeur Conseil en Produits Biologiques est un salarié en CDD , ou en CDI avec une période d'essai d'un mois. Visite médicale obligatoire et déclaration préalable à l'embauche à faire par l'entreprise.
Congés payés (2,5 jours par mois).
Protection sociale (adhésion au régime général de la sécurité sociale et acquisition des points retraites)
Prise en charge légale par les employeurs des frais de transport en région parisienne. Le salarié en formation bénéficie des mêmes droits, devoirs et avantages que les autres salariés de l'entreprise, y compris pendant le temps passé au centre de formation
Dans tous les cas, l'entreprise sera indemnisée sur une base forfaitaire de 200 h de formation interne en entreprise assurée par le tuteur pour le salarié en alternance, et recevra en fin de contrat une indemnité de 1830 €.
De plus pour les moins de 26 ans, et les plus de 45 ans, l'entreprise sera exonérée des charges patronales (assurances sociales, accidents du travail et maladies professionnelles et allocations familiales) sur les rémunérations versées, dans la limite du SMIC.

Quel objectif de formation pour le CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques ?
L'obtention du CQP de Vendeur Conseil en Produits Biologiques.
Ce titre inscrit au niveau N3B de la Convention Collective Nationale du commerce de détail des fruits et Légumes, Epicerie et Produits Laitiers (CNN 3244 du 15 avril 1988) à été déposé par avenant N° 68. Texte étendu par arrêté du 4 octobre 2005, JO du 15 octobre 2005.

Définition du CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques :Le CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques est un titre créé et délivré au sein d'une branche professionnelle par une instance paritaire - la Commission Paritaire Nationale de l'Emploi - dans le cadre d'accords qui en définissent le processus de création et de mise en œuvre. Ce titre atteste, par référence à un descriptif d'activités et de capacités, sur la base d'épreuves dont la nature et la forme sont prédéfinies, d'une qualification dans un emploi propre à la branche professionnelle.

Comment se déroule la formation du CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques ?
Cette formation en alternance d'une durée d'une année scolaire débute en septembre et se termine début juillet de chaque année. Elle st organisée selon un calendrier adapté aux exigences des entreprises franciliennes ou des régions. Les cours sont dispensées à raison de trois jours consécutifs (mardi, mercredi, jeudi) une semaine sur deux pour un volume horaire total d'environ 440 heures.

Avec quels moyens ?
Une équipe de formateurs expérimentés
Des agents administratifs qualifiés
Un parc informatique et des logiciels performants
Des équipements audiovisuels et outils modernes
Des locaux fonctionnels
Des vrais magasins reconstitués pour des mises en situations réelles

La validation du CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques :
Le candidat sera soumis à une épreuve ponctuelle finale constituée de plusieurs épreuves :
Epreuve écrite (QCM, étude de cas, tests professionnels).
Compétences évaluées : Connaissances des produits, techniques d'hygiène et de sécurité, organiser et effectuer les livraisons.
Préparation spécifique et mise en valeur des produits.
Compétences évaluées : Mise en valeur et préparation des produits, maniement et conseil des produits.
Simulation de vente, d'encaissement, d'approvisionnement...
Compétences évaluées : Connaissance des produits, hygiène et sécurité, phases de vente, réception approvisionnement et stockage, organisation du point de vente.
Entretien explicatif
Compétences évaluées : Réglementations, mode opératoire pour réaliser une tâche précise, comportement à adopter face à une situation précise.
A l'issue de cette épreuve ponctuelle, la commision de notation comprenant :
- Le représentant de l'AFFLEC
- Le représentant de l'organisation professionnelle du métier concerné
- Les tuteurs
- Le représentant de l'organisme de formation
Se réunira et émettra un avis circonstancié quant à la délivrance ou non du CQP. Le représentant de l'AFFLEC assurera la synthèse des avis et recommandations. Cet avis sera transmis à la CPNE qui se réunira en jury dans un délai de 2 mois maximum afin de se prononcer sur l'obtention du CQP

Le programme de formation du CQP Vendeur Conseil en Produits Biologiques :
Le contexte de la "BIO"
L'agriculture biologique
La production et la transformation des produits biologiques
Les cadres réglementaires
Le contrôle des produits biologiques
L'organisation de la filière de l'agriculture biologique
Le commerce des produits "BIO"
Le marché de la consommation
L'organisation de la distribution
La réglementation générale
L'hygiène et la sécurité alimentaire
Les produit "BIO"
Les bases de la nutrition
L'univers des magasins "Bio"
Les produits d'alimentation générale
Les produits diététiques et de régimes
Les compléments alimentaires, l'aromathérapie, la phytothérapie
Les cosmétiques et les produits d'hygiène
Les éco-produits et accessoires
Le métier de Vendeur Conseil
Accueil, écoute, conseil et accompagnement du client
Recherche des besoins et argumentation
Service des produits
Les prestations spéciales
La préparation des commandes
La réception des marchandises
La rotation des stocks
La mise en place du rayon…
L'Hygiène
L'importance de l'hygiène personnelle et de la tenue
Les règles d'hygiène et les risques sanitaires
Entretien du magasin et des rayons

Que dit Wikipedia concernant l’agriculture biologique ?

L’agriculture biologique est un système de production agricole spécifique qui exclue l'usage d’engrais et de pesticides de synthèse et d'organismes génétiquement modifiés.
Il s'agit d'un système qui gère de façon globale la production en favorisant l'agrosystème mais aussi la biodiversité, les activités biologiques des sols et les cycles biologiques
Les agriculteurs qui pratiquent ce type d'agriculture, misent, par exemple, sur la rotation des cultures, l'engrais vert, le compostage, la lutte biologique, et le sarclage mécanique pour maintenir la productivité des sols et le contrôle des maladies et des parasites. L'agriculture biologique peut être considérée comme une des approches de l'agriculture durable, la différence étant que l'épithète biologique implique une certification attribuée qui correspond à des normes légales. Les méthodes biologiques sont étudiées en agroécologie.
Plusieurs labels internationaux de reconnaissance pour ce type d'agriculture ont été définis, dont le Label AB. Dans le monde, environ 31 millions d'hectares sont consacrés à l'agriculture biologique.

Le label
L'agriculture biologique est réglementée au niveau international et définie légalement par de nombreux pays. Ces réglementations sont généralement basées sur les normes de la Fédération internationale des mouvements d'agriculture biologique
(IFOAM)[3], association internationale coordonnant les organisations actives dans le secteur bio. Les cahiers des charges du Label AB ne portent pas sur la qualité des produits, mais sur le respect de l'environnement. Les aliments issus de l'Agriculture Biologique sont qualitativement supérieurs à ceux de l'Agriculture Conventionnelle, selon les recherches du Professeur Henri Joyeux, comparant Agriculture
Biologique, Raisonnée, et Conventionelle[4].
Fondements [modifier]
Comme équivalent anglophone ( Organic agriculture ), l'expression francophone Agriculture biologique apparue vers 1950 est, au sens propre, un pléonasme car il n'existe pas d'agriculture non biologique ni non-organique. Mais elle a été choisie pour différentier cette agriculture des systèmes de production agricoles faisant appel aux intrants chimiques (engrais), les pesticides dits « phytosanitaires » (tels que herbicides, insecticides ou fongicides, hormones de synthèses, antiparasitaires…), car polluants[5] et non durables.
Bien que l'utilisation massive de la chimie en agriculture soit récente, on la désigne souvent comme agriculture conventionnelle face à l'agriculture biologique.
L'agriculture biologique est en plein développement[6] et comprend tout un éventail de techniques allant de l'agriculture biologique intensive à des pratiques agricoles basées sur une vision de la nature comme l'agriculture biodynamique qui prend en compte le cycle des saisons, le cycle lunaire et des planètes de façon très précise afin d'augmenter le rendement des cultures et de permettre leur développement de manière naturelle et plus efficace.
L'agriculture biologique dans le monde [modifier]
Une Conférence internationale ONU/FAO de mai 2007[7] sur l’agriculture biologique et la sécurité alimentaire a conclu qu'à échelle mondiale, l’agriculture biologique, si elle est soutenue par une volonté politique, peut :
contribuer à la sécurité alimentaire, dont des pays riches également menacés par la crise des énergies fossiles, les changements climatiques et certaines faiblesses de la chaîne alimentaire.
atténuer les impacts de nouveaux problèmes (dont changements climatiques, grâce à une fixation améliorée du carbone du sol et une meilleure résilience).
renforcer la sécurité hydrique (qualité de l’eau, moindres besoins en irrigation, restauration humique du sol, meilleurs rendements en cas de stress hydrique dû aux aléas climatique.
protéger l’agrobiodiversité, et en garantir un usage durable.
renforcer la suffisance nutritionnelle (diversification accrue des aliments biologiques plus riches en micronutriments).
stimuler le développement rural (dans des zones où le seul choix est la main d’oeuvre, grâce aux ressources et savoirs locaux).
Le Président de la Conférence a appelé la constitution d'un réseau international de recherche et de vulgarisation en faveur de l'agriculture biologique et des sciences agroécologiques, en estimant que plus d'argent et moyens publiques devrait y être consacrés. Il estime aussi que les mêmes règles devraient être appliquées à tous.
Toutefois, le Directeur général de la FAO, Monsieur Jacques Diouf, a fait le point sur la confusion entretenue sur cette conférence et la position de la FAO. En effet, s'il constate que l'agriculture biologique peut contribuer à la lutte contre la faim dans le monde, il n'en reste pas moins que seule l'utilisation de produits phytosanitaires, de manière judicieuse, est à même de la combattre[8].

Production mondiale
Elle dépassait en 2007 les 31 millions d'hectares, avec de fortes variations régionales.
Surface cultivée bio par continent (en millions d'hectares)
Amérique du Nord : 2.2
Amérique du Sud : 5.8
Europe : 6.9
Afrique : 0.9
Asie : 2.9
Océanie : 11.8

Au Québec
Un nombre croissant d' agriculteurs au Québec se tournent vers l'agriculture biologique pour répondre à la demande des consommateurs. Deux organismes de certification agissent officiellement au Québec, l'organisme Québec Vrai et Garantie bio/Écocert
En Suisse
Le "bio" a connu un bel essor, en grande partie grâce aux grandes surfaces. Le label le plus connu est le "Bourgeon Bio". Leurs productions sont contrôlées uniquement par Bio.inspecta (un organisme indépendant) depuis le 1er janvier 2007. Ce label est réputé pour être un des plus strict d'Europe.
Les Suisses ont dépensé en moyenne 160.-CH en 2005[11], ce qui fait d'eux les plus gros consommateurs mondiaux de produits biologiques. En 2006, environ 11% des exploitations agricoles sont certifiées "bio"[12].
Le marché biologique a commencé à stagner pour la première fois en 2005. On explique ce recul par un cahier des charges trop strict ou encore par les baisses de prix dans les grandes surfaces.[réf. nécessaire]
Malgré cela, les responsables du Bourgeon sont restés optimistes lors des 25 ans de Bio Suisse le 18 août 2006 et pensent que la qualité est supérieure et en rapport avec leur prix.
La Politique Agricole 2011 devra permettre à une exploitation de bénéficier d'un label bio, même si les parcelles ne sont pas toutes cultivées en bio. Bio Suisse qui détient le label Bourgeon conteste cet assouplissement[13].
Dans l'Union européenne [modifier]
Législation [modifier]
Au sein de l’Union européenne, le premier règlement sur l'agriculture biologique est entré en vigueur en 1992 (Règlement n° 2092/91), suivi en août 1999, de règles relatives à la production, l'étiquetage et l'inspection en matière d'élevage (Règlement n° 1804/1999). Les règles de base sont l'interdiction d'utiliser des engrais chimiques et pesticides ou herbicides de synthèse. L'utilisation d'organismes génétiquement modifiés (OGM) est également interdite. Les produits de l'agriculture biologique bénéficient de marques et de logos protégés au niveau européen.
Un plan d'action pour harmoniser le cahier des charges en matière de production biologique par la Commission européenne est paru le 12 juin 2007.
Place dans la politique agricole européenne du début du XXIe siècle [modifier]
Selon l'Agenda 2000, les agriculteurs sont tenus de respecter certaines normes environnementales de base, sans recevoir de compensation financière. Ils sont également soumis au respect du principe de pollueur-payeur. Cependant, les mesures agri-environnementales proposent de rémunérer les agriculteurs souscrivant à des engagements allant au-delà des bonnes pratiques agricoles. En particulier, la pratique de l'agriculture biologique permet de percevoir des primes. De plus, l'agriculteur biologique peut recevoir des aides aux investissements. Ces actions devraient tendre à favoriser l'adoption de pratiques d'agriculture biologique.
Les aides européennes à la conversion divergent d'un pays à un autre. En Autriche, l'aide à la conversion est de 450 euros par hectare. En France l'aide est accordée sur une période de 5 ans :
100 euros par hectare et par an pour une surface en prairie permanente
200 euros par hectare et par an pour une surface en prairie temporaire, céréales et oléo-protagineux
350 euros par hectare et par an pour une surface en culture légumière
600 euros par hectare et par an en maraichage
Ensuite, en France, les agriculteurs bio peuvent bénéficier d'une aide au maintien. Ces aides sont cumulables avec les aides accordés à l'agriculture conventionnel. Il existe de plus, de nombreux programmes locaux d'aides à l'agriculture biologique et un crédit d'impôt réservés aux agriculteurs "biologiques".
Depuis l'adoption du règlement européen de 1992, de nombreuses exploitations se sont converties à ce nouveau type de production agricole.
Un nouveau règlement européen sur le bio entrera en vigueur en 2009.
Production [modifier]
3 9 % de la superficie agricole utilisée de l'UE25 en 2005 (6,5 millions d'hectares) était consacrée à l'agriculture biologique, mais avec de fortes variations de surface selon les pays. Globalement, l’agriculture biologique reste marginale[14].
Surface (en Bio) par pays : la plus grande était en 2005 en Italie (1,1 million d'hectares, soit 17% du total de l'UE25), devant l'Allemagne et l'Espagne (0,8 million d'hectares chacun, soit 13%)[15].
Pourcentage de la surface agricole utilisée : l'Autriche était en 2005 en tête avec 11,0%, suivie de l'Italie (8,4%), la République tchèque et la Grèce (7,2% chacun). Les taux les plus faibles étaient mesurés à Malte (0,1%), Pologne (0,6%) et Irlande (0,8%).
Pourcentage des exploitations en bio, dans l'UE25 : 1,6% en 2005)
Surface moyenne des exploitations bio dans l'UE25,en 2005 : Elle est supérieure à celle d'une exploitation moyenne conventionelle. 39 hectares (ha) par exploitation certifiée biologique, contre 16 ha par exploitation moyenne. Les fermes bio couvrant les plus grandes surface étaient en Slovaquie (463 ha par exploitation), en République tchèque (305 ha), au Portugal (148 ha) et au Royaume-Uni (142 ha).
Evolution : pour l'UE15, la part des cultures cultivées en bio est passée de 1,8% en 1998 à 4,1% en 2005. La part de la surface en cours de conversion dans le total des surfaces cultivées en bio, varie fortement, de moins de 10% au Danemark (1%), aux Pays-Bas (4%), en Finlande (8%) et en Suède (9%) à plus de 80% à Malte (100%), Chypre (87%) ou en Lettonie (83%), pays ou le développement de la certification bio est plus récent.

En Allemagne
De nombreux labels existent avec des cahiers des charges très différents.
En Belgique, en 2005 [modifier]
La part belge de la superficie européenne cultivée en bio était de 1,7%, cultivés sur 22 994 ha, soit 0,4% de la superficie totale consacrée à l'agriculture biologique.
La taille moyenne des exploitations biologiques était de 31,9 ha/exploitation, à comparer à une taille moyenne de 26,9 ha/exploitation (bio et non-bio). La Part de la superficie en cours de conversion dans la superficie totale consacrée à l'agriculture biologique était de 14,0%réf. à confirmer : [16].
En France [modifier]
Dans les années 1970, un mouvement sociétal de retour à la nature favorise le développement de modes de productions biologiques.
Le terme agriculture biologique est légalement protégé en France depuis la loi d'orientation agricole du 4 juillet 1980 et le décret du 10 mars 1981, lesquels l'ont définie, et ont fixé les conditions d'homologation des cahiers des charges et précisé les substances pouvant être utilisées dans la production, la conservation et la transformation des produits agricoles dits biologiques.
La consommation d'aliments issus de l'agriculture biologique a progressé de près de 10 % en moyenne par an depuis 1999, pour représenter 1,56 milliard d'euros en 2005, tandis que la demande annuelle d'aliments conventionnels n'augmentait que de 3,6 %, selon l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique
En 2005, le marché français des produits alimentaires biologiques s'élevait à 1,6 milliard d'euros, le poste le plus important étant celui des fruits et légumes, qui totalise 264 millions d'euros. Mais l'ensemble des produits vendus aux rayons crémerie - produits laitiers (132 millions d'euros), lait (99 millions) et œufs (95 millions) - représentent eux-mêmes 21 % de la consommation des aliments bio, avec un total de 326 millions d'euros.
L'agriculture biologique française représente 8,81% de l'agriculture biologique européenne[17]). Fin 2006, 11 640 exploitations étaient engagées en agriculture biologique, soit 552 824 hectares représentant 2 % de la SAU nationale, dont 53 235 hectares sont en conversion.
En 2007, la Surface agricole utile (SAU) consacré à l'Agriculture Biologique était de 2%. Le nombre des agriculteurs bio a légèrement augmenté, passant de 10 000 producteurs en 1982 à 11 640 en 2007.
Le label : Les pionniers de l'agriculture biologique en France ont mis plusieurs années à obtenir une reconnaissance officielle du label AB par les pouvoirs publics. Le label Agriculture Biologique (Logo AB) est aujourd'hui reconnu par le Ministère de l'Agriculture, un cahier des charges précis définit les règles permettant d'être certifié. Plusieurs organismes certificateurs ont l'autorisation de délivrer la certification[18] : Aclave, Agrocert, ECOCERT, Qualité France SA, Ulase, SGS ICS
L'Image de l'agriculture biologique en France : Selon une enquête de l'institut CSA, réalisée fin 2005, pour l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique :
90% des français estiment que les produits AB contribuent à préserver l'environnement ;
« Près d'un Français sur deux (47 %) consomme des produits biologiques au moins une fois par mois » et « plus d'un sur deux (56 %) se sent proche des valeurs bio ».
ils achètent leurs produits AB, pour 72% en grandes et moyennes surfaces, 43% sur les marchés, 29% en magasins spécialisés, 22% auprès d'artisans-commerçants et 22% directement à la ferme ;
la majorité des consommateurs de produits AB habitent dans les régions Île-de-France et celles du pourtour méditerranéen.

Les Réseaux de distribution :
Distributeurs spécialisés : Naturalia, La vie claire, Biocoop, Les Nouveaux Robinson
AMAP : Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne. (Pas exclusivement bio)
Et aussi le textile se convertie au bio, de nouveaux projets se mettent en place avec des certifications comme "Oeko-Tex 100,..." comme l'entreprise ADISAYAM Culture(S) dont le site est www.adisayam.com[1] qui vend des tee-shirt et cabas issue de l'agriculture biologique.
Agriculture biologique et agriculture conventionnelle [modifier]
L'opposition entre ces deux types d'agriculture n'est pas aussi radicale que cela peut apparaître à première vue. D'une part, le cahier des charges de l'agriculture biologique préconise un certain nombre de mesures de gestion qui peuvent s'appliquer en agriculture classique, par exemple la rotation des cultures, ou le délai minimum d'abattage des animaux, qui s'impose aussi pour certains labels de qualité.
D'autre part, l'interdiction de produits chimiques (les cahiers des charges les définissent précisément) n'est pas totale en agriculture bio, elle est plus restrictive, les pyrèthres naturels et la roténone, deux insecticides naturels tirés de végétaux sont autorisés, ils ont une biodégradabilité rapide et, s'agissant des pyrèthres, sont moins nocifs qu'un grand nombre d'insecticides issus de la chimie de synthèse. L'usage de la roténone est actuellement contesté, d'abord du fait de son très large spectre, et enfin suite à la découverte du fait que son exposition chronique provoque la maladie de Parkinson chez les rats[19], et que la banalisation de son emploi coïncide avec l'augmentation de cas de maladie de Parkinson[20].
Les agriculteurs bio préfèrent maintenir les équilibres de la faune auxiliaire en favorisant la faune utile et les prédateurs naturels plutôt qu'éliminer indistinctement toute activité animale, même si l'usage autorisé de roténone n'est pas très sélectif.
Un exemple qui n'est plus controversé est celui de la bouillie bordelaise (à base de sulfate de cuivre) utilisée entre autre en viticulture et arboriculture fruitière (pas seulement en agriculture biologique) est autorisée alors que la toxicité du cuivre pour les milieux aquatiques et les sols va conduire à une réduction drastique de son usage, y compris en agriculture classique, déjà les effet nocifs du cuivre avaient entraîné une diminution des doses de cuivre autorisées et le recours de plus en plus fréquent à d'autres méthodes. Cette évolution constitue une contrainte forte pour la production biologique de vin qui s'appuie quasi exclusivement sur le cuivre pour contrôler Plasmopara viticola, agent du mildiou de la vigne.
L'agriculture bio élimine un certain nombre de risques sanitaires induits par l'usage, ou l'abus de certains intrants chimiques, mais elle introduit des facteurs de risque liés à certaines pratiques :
l'interdiction de certains fongicides voire certains insecticides chimiques augmente le risque de présence de mycotoxines dans les aliments ;
l'emploi de fertilisants organiques peut amener des germes pathogènes pour l'homme ; c'est vrai aussi en agriculture classique ;
l'emploi de médicaments homéopathiques doit être subordonné à une vérification de leur efficacité réelle, c'est pourquoi l'usage ne fait pas consensus parmi les agriculteurs bio.
l'interdiction d'emploi de désherbants entraîne l'augmentation des travaux culturaux d'où une augmentation de la dépense énergétique par unité produite (en contradiction parfois avec la notion de développement durable).
L'agriculture biologique a aussi permis de maintenir ou de développer de nombreuses techniques et technologies innovantes dont la plupart se diffusent lentement dans l'agriculture productiviste et possèdent des avantages non négligeables :
elle supprime la plupart des nuisances liées aux pesticides que ce soit pour les nappes phréatiques ou les eaux de surface, la faune et l'homme ;
elle diminue les infrastructures d'extraction de matières premières, infrastructures extrêmement polluantes en général ;
elle utilise beaucoup moins de matériaux issus de la pétrochimie et donc tendrait de ce point de vue à retarder le pic pétrolier ;
selon une étude contestée de l’écologiste David Pimentel de la Cornell University[21] de New York, elle consomme 30% d’énergie en moins, moins d'eau et pas de pesticides chimiques pour des rendements équivalents.
Parmi les impacts écologiques et sociaux, avantageux ou non, selon le point de vue :
elle augmente les prix des produits agricoles ;
en relocalisant les productions et en recourant moins aux intrants, elle revitalise le tissu socio-économique local ;
elle évite des flux de marchandises facteur d'effet de serre ;
elle augmente le nombre d'actifs par unité de surface et permet de diminuer l'exode rural en améliorant la viabilité à long terme des exploitations et l'image des paysans ;
elle est très favorable à la biodiversité;
son rôle en matière d'érosion est ambivalent, d'une part avec l'utilisation de cultures fixatrices d'azote qui occupent le sol, comme la luzerne, elle freine cette dernière, en revanche l'utilisation quasi obligatoire du labour pour lutter contre de nombreux bio-agresseurs dont les adventices, l'augmente.
Néanmoins, elle se diffuse très lentement dans le milieu agricole professionnel et reste marginale, malgré les aides importantes à la reconversion. Elle trouve la plupart de ses adeptes et défenseurs parmi les néo-ruraux et les mouvements écologistes des villes.
Nombreuses sont les collectivités territoriales à favoriser activement l'agriculture biologique, notamment en imposant l'utilisation de produits issus de l'agriculture biologique dans les cantines.
Les limites de l'agriculture biologique [modifier]
Comme l’agriculture biologique a un rendement à l’hectare très faible, en particulier du fait de la nécessité de laisser les sols en jachère, le tout-biologique est selon Jean de Kervasdoué « strictement incapable de nourrir l’humanité même si l’on accroissait la surface cultivée de la Terre au point de faire disparaître toute la forêt équatoriale ». Ainsi, pour une même production de céréales, « l’agriculture biologique nécessite 2 à 3 fois plus de surface et consomme plus d’énergie par tonne d’alimentation produite ».